jeudi 25 août 2011


Le Prieuré de Sion-Ormus à Orléans 
(Prieuré Saint-Samson et Petit-Prieuré Montission)

Le prieuré (cloître) de Saint-Samson à ORLEANS :

Après la conquête de Jérusalem le 15 juillet 1099 par les croisés, Godefroi VI le Pieux, duc de Bouillon, ordonna l'édification de l'abbaye de Notre-Dame (ou Sainte-Marie) du Mont-de-Sion, sur les ruines d'une ancienne église byzantine située en dehors des murs de la ville, au sud de la porte de Sion. Cette abbaye abritait des chanoines augustiniens, qui servaient de conseillers à Godefroi.

En 1152, un petit contingent de l'abbaye de Notre-Dame du Mont-de-Sion accompagna le roi Louis VII qui rentrait en France après la deuxième croisade et fut installé à l'abbaye de Saint-Samson, à Orléans. Parmi eux, un groupuscule encore plus choisi fut transféré au « petit prieuré du Mont-de-Sion » (Montission), près de Saint-Jean-le-Blanc, aux environs d'Orléans.

Le prieuré (cloître) de Saint-Samson avait été concédé en 1067 par Philippe 1er à l'abbaye de Saint Martin des Champs à Paris. La Tour des Vergers Saint-Samson faisait partie intégrante du mur d'enceinte d'Orléans. Puis les Jésuites utilisèrent les bâtiments rue Jeanne d'Arc qui devinrent un lycée. L'église fut démolie en 1848 et le portail transporté au parc Pasteur. 


Le Prieuré Saint-Samson à Orléans


Le Prieuré Saint-Samson à Orléans



Le "Prieuré de Sion-Ormus à MONTISSION :

En 1188, le "Prieuré de Sion-Ormus" s'installa au domaine de "Montis Sion" (Mont de Sion) dit "le Petit Prieuré". Montission se trouve sur la paroisse de Saint-Jean-le-Blanc au sud de la Loire.

Né en 1133, mort en 1220, Jean de Gisors fut seigneur de la forteresse de Gisors, lieu de rencontre traditionnel entre les rois de France et d'Angleterre, où se déroula la querelle qui devait provoquer l'abattage d'un orme.
Il fut, selon les "documents du Prieuré", le premier grand maître indépendant de Sion après la "coupure de l'orme" et la séparation des Chevaliers du Temple en 1188. Quelle en fut la cause ?
En 1187, Jérusalem fut repris par les Sarrasins. Ce épisode est connu sous le nom de "désastre de Hattin" (ci-dessous). 
Le "Prieuré de Sion-Ormus à MONTISSION :

Bataille de Hattin


On reprocha à Gérard de Ridefort, alors gand maître des Templiers, son incompétence, voire sa "trahison". De sa création à 1188, l’Ordre du Temple et le Prieuré de Sion eurent les mêmes Grands maîtres. Il fut destitué du Prieuré de Sion.
On reprocha à Gérard de Ridefort, alors gand maître des Templiers, son incompétence, voire sa "trahison". De sa création à 1188, l’Ordre du Temple et le Prieuré de Sion eurent les mêmes Grands maîtres. Il fut destitué du Prieuré de Sion.

Les chanoines de l'abbaye du Mont-Sion durent alors fuir la Terre Sainte. Après cette scission, le "Prieuré de Sion-Ormus" s'installa à Montission près d'Orléans.
Ce domaine fut donné aux chanoines de Notre-Dame du Mont-Sion antèrieurement à l'année 1207, par Gilbert de Mont-Sion. Ceci est établi par une pièce du cartulaire de Montission ("Montis Sion").

L'Orléannais était à cette époque un lieu de retraite pour les ordres militaires et religieux ayant combattu en Terre Sainte. En 1154, Louis VII ramenait de Terre Sainte douze Chevaliers de Saint-Lazare qu'il installait en son château de Boigny. L'accompagnaient également des Chevaliers du Temple qui s'installèrent à Saint-Marc dès 1148. La commanderie jouxtait l'église Saint-Marc à l'est hors des murs de la ville. A la fin de la Guerre de Cent Ans il ne restait plus qu'une maison de vigneron. Ces ordres laissèrent leur empreinte dans la toponymie locale.

Girard, abbé du "Petit Prieuré" d'Orléans entre 1239 et 1244 aurait cédé aux Templiers une terre à Acre (la charte existe). Son successeur Adam aurait donné une terre en 1281 aux Cisterciens, près d'Orval, installés là depuis 150 ans par St-Bernard (la charte n'existe plus). 
Les chanoines de l'abbaye du Mont-Sion durent alors fuir la Terre Sainte. Après cette scission, le "Prieuré de Sion-Ormus" s'installa à Montission près d'Orléans.
Ce domaine fut donné aux chanoines de Notre-Dame du Mont-Sion antèrieurement à l'année 1207, par Gilbert de Mont-
extrait de Les ordres religieux et militaires en Orléanais (JOURDAIN) p.160
extrait de Les ordres religieux et militaires en Orléanais (JOURDAIN) p.161


Les commanderies du Prieuré de Sion étaient au nombre de vingt-sept. Les plus importantes se trouvaient à Bourges, Gisors, Jarnac, au mont Saint-Michel, à Montrevel et à Paris.



OLIVET (St Martin-du-Loiret puis St Martin-lès-Olivet) "le Mont des Oliviers" :

Sur les bords du Loiret à Olivet, le prieuré Saint-Samson d'Orléans possédait le moulin Saint-Samson, datant de Saint Louis.

Le moulin Saint-Samson à Olivet tel qu'il était en 1750
Le moulin Saint-Samson à Olivet tel qu'il était en 1750




Un ordre de Notre-Dame de Sion fut fondé en 1393 par Ferri Ier de Vaudémont.
Son fils Ferri II épousa Yolande de Bar, fille du Bon Roi René d'Anjou.
A l'occasion de ce mariage l'ordre de Notre-Dame de Sion et le Prieuré de Sion auraient fusionné.
René d'Anjou (de 1418 à 1480) et Yolande de Bar (de 1480 à 1483) sont cités dans la liste des GM du Prieuré de Sion, désigné également comme "l’Ordre de la Nef et du Croissant".





Blason de Jehanne d'Arc
BléaBlason de Jehanne d'Arc ( l'épée méridienne )

Le Prieuré de Sion
(re)créé en 1681 à RLC
Retour



LE PRIEURE DE SION-ORMUS en 1188

En 1188, le "Prieuré de Sion-Ormus" s'installa au domaine de "Montis Sion" (Mont de Sion) dit "le Petit Prieuré" au sud d'Orléans.

Né en 1133, mort en 1220, Jean de Gisors fut seigneur de la forteresse de Gisors, lieu de rencontre traditionnel entre les rois de France et d'Angleterre, où se déroula la querelle qui devait provoquer l'abattage d'un orme. Il fut, selon les "documents du Prieuré", le premier grand maître indépendant de Sion après la "coupure de l'orme" et la séparation des Chevaliers du Temple en 1188.





LES GRANDS MAITRES DU PRIEURE DE SION recréé à RLC en 1681

17 janvier 1681 - réunion au Château de Rennes :
1) Jean de Lévis, fils de Henri de Lévis, créateur de la Compagnie du Saint Sacrement en 1627 qui sera interdite en 1665 par Louis XIV
Ce nouveau prieuré de Sion ne serait-il pas une réminiscence de la Compagnie du Saint-Sacrement dissoute depuis peu ?
2) cardinal Hercule André de Fleury, héritier des mines du Roco Negro près de RLC
Le 11 septembre 1726 le pape Benoît XIII fait cardinal Hercule André de Fleury. A Fontainebleau le 5 novembre 1726, le roi Louis XV place le chapeau rouge de cardinal sur sa tête.
Né à Lodève, en Languedoc, le 28 juin 1653, il obtient en 1679 par l’intermédiaire de son protecteur le cardinal Bonzi , une charge d’aumônier de la reine, Marie-Thérèse d’Autriche. A la mort de celle-ci, en 1683, il devient aumônier du roi Louis XIV. Evêque de Fréjus en 1698. Le 1er avril 1716, le futur cardinal de Fleury est nommé précepteur de Louis XV par le régent Philippe d'Orléans. Parvenu à gagner l'estime du jeune roi Louis XV dont, en tant que précepteur, il modela le caractère, le cardinal André-Hercule de Fleury régna sans partage pendant dix-sept ans. Il accompagna le roi dans la visite qu’il fit à l’Académie en 1719. Il devint membre de l’Académie des Sciences, en 1721, de l’Académie des Inscriptions, en 1725 ; en 1726, il renverse le duc de Bourbon, Premier ministre de Louis XV, et prend ses fonctions. Il agrandit la Bibliothèque du Roi, envoya des membres de l’Académie des Sciences dans le Nord et au Pérou pour mesurer le méridien, et des savants en Égypte et en Grèce pour rechercher les manuscrits précieux. Que penser d'une telle ascension ? De quel secret était-il détenteur ?

cardinal Hercule André de Fleury, héritier des mines du Roco Negro près de RLC




19 septembre 1681-1703 :
Jean-Timoléon NEGRI d’ABLES, fondation au Château de Montferrand à RLB
autres membres : Blaise d'Hautpoul, Guillaume de Lamoignon, le Marquis de Castries, Marshal de Villeroy, le Marquis de Pomponne

1703-1726 : François d’HAUTPOUL
Le Coq est le symbole de "l'éveilleur". Il figure sur les armoiries de la maison des HAUTPOUL de RLC.

Armoiries de la maison des HAUTPOUL



1726-1766 : André de ROSSET (héritier des mines du Roc Nègre à la mort du cardinal de Fleury)
1766-1780 : Charles de LORRAINE
1780-1801 : Maximilien de LORRAINE
1801-1844 : Charles NODIER
1844-1885 : Victor HUGO
1885-1918 : Claude DEBUSSY
1918-1963 : Jean COCTEAU
10 juillet 1943 : entrée de Pierre Plantard de Saint-Clair
- autres membres : le Maréchal Juin, André Malraux, Abbé François Ducaud-Bourget
5 juin 1956 : Jean Cocteau, Grand Maître, a modifié les articles XIX et XXII de la constitution
1963-1969 : François BALPHAGON
1969-1981 : John DRICK
17 janvier 1981-10 juillet 1984 : Pierre PLANTARD de St CLAIR, démission
10 setembre 1984-? : Philippe de CHERISEY, décès 17 juillet 1985 en Belgique
1984-6 février 1989 : Roger-Patrice PELAT, démission 6 février 1989, décès 7 mars 1989 (70 ans)
9 mars 1989 : Pierre PLANTARD de St CLAIR est rappelé
6 aout 1989-11 avril 1990 : Thomas PLANTARD de St CLAIR
11 avril 1990-? : Pablo NORBERTO de Barcelone
3 février 2000 : décès Pierre PLANTARD de St CLAIR à Paris
Le 27 décembre 2002, un communiqué fut publié sur du papier à en-tête officiel, annonçant publiquement la réactivation de la société. Le message était signé de Gino Sandri, ancien secrétaire particulier de Pierre Plantard, sous le titre de secrétaire général, et d'une femme anonyme, censée être le nouveau nautonier.
Le Prieuré de Sion serait actuellement dirigé par une femme d'origine anglaise.



Le trésor du Prieuré n'est pas celui de RLC comme on le pense généralement mais le secret des deux mines romaines (or et cuivre) du Roc Noir (Roco Negro) à l'origine d'une immense énergie. Il existerait aussi en ce lieu un ancien sanctuaire celtique appelé le TEMPLE ROND.

Prieuré de Sion


Bloodline
inside the Priory of Sion

Ce film documentaire a été lancé vendredi 13 octobre 2006, soit 699 ans après l'arrestation des Templiers le vendredi 13 octobre 1307.

Les Chevaliers du Soleil (The Knights of the Sun) étaient une combinaison de Templiers, chevaliers Teutoniques et Hospitaliers. Siona en Sanscrit aryen signifie Sun (le Soleil). Comment ne pas y voir une référence au mythique Prieuré de Sion ? Selon les propos d'un membre du Prieuré de Sion, Rennes-le-Château serait une clef de l'énigme.

The Knights of the Sun / Prieuré de Sion (Siona [Aryan Sanskrit]=Sun)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire